Besoin d’aide ? Parler à un de nos spécialistes.

Offre de bienvenue LIBRE20

(3x20% sur les 3 premières BOX, sur toute la gamme A Lovely Day)*

Sexe et hormones

Quel est le lien entre les fuites urinaires et la ménopause ?

10 décembre 2020

Partager
Quel est le lien entre les fuites urinaires et la ménopause ?

L’entrée dans la ménopause d’Élisabeth, 52 ans


Élisabeth fait partie de la grande majorité des femmes qui entament leur ménopause entre 50 et 55 ans.


« Je sais que ma ménopause a commencé parce que, depuis un an environ, mes règles me jouent des tours et il m’arrive de temps en temps d’être fatiguée. Alors je sais que ma ménopause va arriver, et je fais attention à moi, à bien dormir surtout. Depuis six mois, je sens que je suis parfois prise d’une envie pressante d’uriner sans nécessité véritable au final.

J’en ai parlé à mon gynécologue qui m’a dit que c’est normal, que c’est une des choses qui arrivent souvent à la ménopause. L'urine irrite, en effet, la vessie, selon ce que l’on boit.

Du coup, j’ai réussi à améliorer un peu la situation en supprimant deux cafés sur les trois que je buvais avant et en faisant bien attention à m’hydrater suffisamment. Maintenant la situation est stable : il y a peu d’occasions où je ressens ces envies pressantes. »

Alice, 67 ans, a déjà passé ce cap

« Je suis ménopausée depuis plusieurs années maintenant. J’ai réussi à me maintenir en forme parce que j’ai toujours aimé faire du sport. Beaucoup de femmes prennent du poids à ce moment de leur vie et heureusement j’ai réussi à l’éviter. Et comme j’ai dû renoncer aux gâteaux, j’ai aussi aidé mon mari à conserver sa ligne. Ça s’appelle faire d’une pierre deux coups ! (rires)

Tous les deux, on a un peu plus de temps, surtout depuis la retraite. Alors on pratique le jardinage. Ça nous fait de l’exercice, on est très actifs. La seule chose qui m’a un peu ennuyée, c’est que la baisse des œstrogènes avec la ménopause provoque souvent de petites fuites, par exemple, quand on fait du sport, des efforts. Alors, bien sûr, pour le jardin, notre fils nous aide pour les choses qui sont pénibles. Nous n’avons plus vingt ans !

Par contre, comme avec mon mari, nous faisons aussi des excursions en montagne, un peu de jogging ou du vélo, je dois alors porter des protections urinaires adaptées (et non pas des serviettes hygiéniques, qui sont faites pour le sang). Personnellement j’utilise « A Lovely Day ».

Quel est le lien entre la baisse des œstrogènes et les troubles urinaires ?

Chez les femmes, la ménopause entraîne toute une série de symptômes qui peuvent être différents d’une personne à l’autre. Notre style de vie peut atténuer ou renforcer certains signes. Par exemple, Alice est sportive et elle a pu limiter sa prise de poids. Pour d’autres femmes, les bouffées de chaleur ou la fatigue vont être plus ou moins gênantes.

 

Qu’en est-il des troubles urinaires pendant et après la ménopause ?


En ce qui concerne les troubles urinaires, Alice et Élisabeth sont représentatives des deux types qui peuvent survenir.

 D’une part, le besoin impérieux d’uriner, qui peut être atténué :

- par des changements mineurs dans l’alimentation,

- par une meilleure façon de s’hydrater,

- par des compléments naturels qui évitent le recours aux médicaments.

 

D’autre part, les petites fuites, qui peuvent rester minoritaires :

- avec des exercices physiques adaptés (notamment la musculation du périnée),

- avec une bonne hygiène de vie, par l’alimentation et l’hydratation,

- avec une connaissance de son corps, de ses limites liées à l’âge (par exemple éviter les exercices physiques trop intenses),

- avec l’utilisation de protections urinaires dans certaines situations.

Quels sont les traitements possibles ?

Au niveau hormonal, la ménopause correspond à une baisse du niveau d’œstrogènes et il existe la possibilité que votre médecin préconise un apport de cette hormone.

Cela peut être fait (en théorie) soit par voie orale, soit par voie locale. Cependant, ce traitement est controversé.

 

Il est donc à aborder avec beaucoup de prudence, puisque les statistiques ne sont disponibles que pour les cas où il a été préconisé. De plus, il n’est pas éthiquement souhaitable d’exposer des patientes à un traitement potentiellement nocif pour vérifier un possible lien de cause à effet, ni d’ignorer un risque encore mal identifié.

 

Ce qui est sûr, c’est que vous pouvez rendre les fuites urinaires plus supportables en utilisant des protections adéquates « A Lovely Day ». Nous vous offrons une gamme de produits qui vous permet de vivre votre vie, comme avant la ménopause !

Découvrez les protections pour femme contre l'incontinence urinaire et les fuites urinaires A Lovely Day.

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le :

Email